Enjeux et perspectives

Homme libre, toujours tu chériras la mer!

Charles Baudelaire
 

3 512 MW d’éolien en mer ont déjà été attribué.  La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) de 2016, qui fixe les volumes par énergie sur des périodes de 5 ans, prévoit entre 0,5 et 6 GW d’éolien en mer posé supplémentaire(s) attribués à horizon 2023 et entre 0,2 et 2 GW supplémentaires attribués pour les énergies marines renouvelables (éolien flottant et hydrolien).

Un potentiel à exploiter

 

Le potentiel technique théorique estimé en France pour l’éolien en mer est de :

  • 80 GW répartis sur une superficie de 10 000 km2 pour l’éolien posé
  • 140 GW répartis sur une superficie de 25 000 km2 pour l’éolien flottant, moins dépendant de la bathymétrie et de la distance à la côte

Une opportunité industrielle à saisir pour la France 

 

Dans un secteur en plein envol, la France suit un rythme de développement de l’éolien en mer plus lent comparé à ses voisins européens, avec seulement 3 512 GW attribués début 2019. France Énergie Éolienne, qui représente l’ensemble des “consortia” actuellement concernés par l’éolien en mer, est au centre du débat et souhaite faire de la France un des grands acteurs de l’éolien maritime, outil énergétique majeur dans la lutte contre le changement climatique. Pour ce faire, il est nécessaire que des objectifs plus ambitieux soient fixés en France.

Au regard des gisements et en tenant compte des capacités déjà attribuées dans le cadre des AO éoliens en mer posé 1, 2 (2916 MW cumulés) et 3 (à venir, environ 500 MW) et de l’appel à projets fermes pilotes éoliennes flottantes (96 MW), soit au total près de 3512 MW déjà attribués, les adhérents de FEE suggèrent d’adopter un rythme annuel de développement d’éolien en mer (posé et flottant) d’environ 2GW par an selon les procédures administratives et d’appel d’offres en place pour atteindre 10 GW en service en 2028. 

Au-delà de la production d’électricité significative pouvant résulter de la mise en service des parcs éoliens en mer, permettant d’atteindre les objectifs de transition énergétique, la proposition de FEE se justifie par :

– Des retombées socio-économiques conséquentes pour les territoires (pour l’éolien en mer posé, et d’une façon accrue pour l’éolien en mer flot- tant du fait du positionnement de plusieurs acteurs français pionniers sur le marché). Plus de 10 000 emplois locaux sont attendus des plans industriels liés aux AO 1 et 2. L’Observatoire des énergies de la mer 2018 (Cluster maritime français) recense à la fin 2017 plus de 2600 ETP en France dans les EMR ;

– Une baisse des coûts très forte de l’éolien en mer en Europe, rendant cette énergie compétitive (moindre impact budgétaire). L’ADEME a indiqué dans une étude récente(1) (septembre 2017), que la France pouvait tabler sur des fourchettes de prix prometteuses dans un futur proche.

(1) Caractérisation des innovations technologiques du secteur de l’éolien et maturités des filières, BVG Associates pour l’ADEME, septembre 2017, p. 2

Les objectifs du projet de PPE décevants pour FEE

 

Le projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui fixe les priorités d’actions des pouvoirs publics dans le domaine de la transition énergétique, a attribué début 2019 des objectifs pour la filière éolienne.

Pour l’éolien en mer, l’objectif est d’atteindre 2,4 GW de puissance à fin 2023 et 5,2 GW en 2028.

Pour FEE « Les 6 GW maximum retenus dans la feuille de route du gouvernement sont bien trop insuffisants. Ces objectifs « à minima » vont priver notre pays d’une opportunité industrielle, économique, énergétique et environnementale que nous risquons de ne plus croiser avant longtemps. Nous notons cependant un progrès en termes de visibilité et de programmation des appels d’offres jusqu’en 2024. Par ailleurs, les « prix cibles » représentent en eux-mêmes une reconnaissance de la compétitivité, par le gouvernement, de l’éolien en mer posé », analyse Olivier Perot Président de FEE.  

Les résultats de l’appel d’offre de Dunkerque vont démontrer la compétitivité de l’éolien en mer en France, France Energie Eolienne continuera à travailler avec le gouvernement pour que cette compétitivité et les emplois liés à la filière soient pris en compte et permettent de revoir à la hausse les objectifs PPE pour l’éolien en mer.

Pour Olivier Perot : « Le gouvernement nous a dit à différentes reprises que la compétitivité de l’éolien en mer serait un élément clef de son développement dans notre pays. L’appel d’offre de Dunkerque montrera sans ambiguïté une grande compétitivité qui devrait permettre de rouvrir les discussions sur les objectifs de la programmation pluriannuelle de l’énergie ».

10

GW d’éolien en mer en service en 2028 (objectifs FEE) 

3 512

MW d’éolien posé attribués

96

MW d’éolien flottant (fermes pilotes)

0,5

GW d’éolien posé en 2019 attribués (AO Dunkerque) 

Zones d’éolien offshore

Projets attribués en 2012

Projets attribués en 2014

Projets attribués en 2019

Fermes pilotes éolien flottant

Découvrez les zones d'éolien en mer 

La France bénéficie du 2ème gisement d’éolien en mer en Europe et souhaite s'appuyer sur son potentiel marin pour réussir sa transition énergétique. Actuellement près de 3 GW d’éolien en mer posé ont été attribués dans le cadre d’appels d’offres (en 2012 et 2014), les premiers parcs devraient être mis en service à partir de 2020-2021. 96 MW d’éolien flottant ont été attribués à travers 4 projets de fermes pilotes.

Cliquez sur une icône pour en savoir plus.

Dunkerque

Le projet de parc éolien en mer posé de Dunkerque a été lancé lors du 3ème appel d'offres en avril 2017. Il devrait voir le jour à l'horizon 2022. 

250 - 750

MW

Fécamp

Le projet du parc d'éolien en mer de Fécamp accueillera 83 éoliennes en mer d'une capacité unitaire de 6MW soit une puissance totale de 498 MW. Il sera en service l'horizon 2020. Les éoliennes seront localisées entre 13 et 22 km au large de Fécamp, sur une surface globale de 67 km². La production envisagée équivaut à couvrir l’équivalent de la consommation domestique en électricité de plus de 770 000 personnes, soit plus de 60% des habitants de Seine-Maritime.

498

MW

Le Tréport

Le projet de parc éolien en mer de Dieppe – Le Tréport prévoit l’installation de 62 éoliennes d’une puissance unitaire de 8 MW soit une puissance totale de 496 MW. Il sera en service l'horizon 2021. Le parc éolien sera situé à 17 km de Dieppe et 15,5 km du Tréport, sur une profondeur de fond marin variant de 14 mètres à 24 mètres.

496

MW

Courseulles-sur-mer

Le projet de parc éolien en mer de Courseulles prévoit l’installation de 75 éoliennes d’une puissance unitaire de 6 MW soit une puissance totale de 450 MW. Il sera en service l'horizon 2021.Les éoliennes seront localisées à plus de 10 km des côtes du Bessin, sur une surface globale de 50 km². La production envisagée équivaut à couvrir l’équivalent de la consommation domestique en électricité de près de 630 000 personnes, soit plus de 90% des habitants du Calvados.

450

MW

Saint-Brieuc

Le projet de parc éolien en mer de Saint-Brieuc prévoit l’installation de 62 éoliennes d’une puissance unitaire de 8 MW soit une puissance totale de 496 MW. Il sera en service l'horizon 2023. 

496

MW

Groix

Le projet de Groix & Belle-Île a été lauréat en juillet 2016 d’un appel à projet lancé par l’ADEME en 2015 dont l’objectif est de permettre l’essor de l’éolien flottant grâce à la mise en place de fermes pilotes. Les 4 éoliennes de 6 MW devraient être en service à l'horizon 2021. 

Saint-Nazaire

Le projet de parc éolien en mer de Saint-Nazaire prévoit l’installation de 80 éoliennes d’une puissance unitaire de 6 MW soit une puissance totale de 480 MW. Il sera en service l'horizon 2021. Les éoliennes seront localisées à plus de 12 km au large de la Loire-Atlantique, sur une surface globale de 78 km². La production envisagée équivaut à couvrir l’équivalent de la consommation domestique en électricité de 720 000 habitants, soit 54% des habitants de Loire-Atlantique.

480

MW

Yeu-Noirmoutier

Le projet de parc éolien en mer de Yeu-Noirmoutier prévoit l’installation de 62 éoliennes d’une puissance unitaire de 8 MW soit une puissance totale de 496 MW. Il sera en service l'horizon 2021. Le parc éolien sera situé à 11,7 km de l’île d’Yeu et à 16,5 km de Noirmoutier, sur une profondeur de fond marin variant de 19 mètres à 36 mètres. Avec une puissance totale de 496 MW, le parc devrait produire en moyenne 1900 GWh par an, ce qui représente la consommation électrique annuelle d’environ 790 000 personnes, soit plus de la totalité de la population vendéenne.

496

MW

Leucate

Le projet « Les éoliennes flottantes du golfe du Lion » a été retenu par l’Etat et l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) en 2016 dans le cadre de son Appel à projets « ferme pilote éoliennes flottantes« . Il prévoit l’installation d’un parc pilote de 4 éoliennes flottantes d'une puissance unitaire de 6MW  au large de Leucate Le Barcarès à l’horizon 2020.

Gruissan

Le projet du parc éolien en mer flottant de Gruissan a été retenu par l’Etat dans le cadre de son Appel à projets "ferme pilote éoliennes flottantes" . Il prévoit l’installation d’un parc pilote de 4 éoliennes flottantes d'une puissance unitaire de 6MW  à l’horizon 2021.

Faraman

Le projet de parc pilote d'éoliennes flottantes "Provence Grand Large" au large du Golfe de Fos  a été retenu par l’Etat dans le cadre de son Appel à projets "ferme pilote éoliennes flottantes" . Il prévoit l’installation d’un parc pilote de 3 éoliennes flottantes d'une puissance unitaire de 8MW  à l’horizon 2020.

Partagez
Tweetez
Partagez