Il paraît que l’énergie éolienne
n’est pas fiable car elle est intermittente.

Éolien et variabilité

Le développement de parcs éoliens est soumis depuis toujours à de multiples controverses, s’agissant de sa variabilité et de son efficacité. Nous ne pouvons nier que l’éolien est une ressource énergétique variable, néanmoins, de par sa capacité de production, sa prédictibilité à plusieurs jours, son coût et sa relative facilité d’implantation, il est indéniable que l’éolien reste une ressource nécessaire à la réduction des émissions de gaz à effets de serre qui à toute sa légitimité dans le mix énergétique.

Les éoliennes fonctionnent aujourd’hui  entre 75 et 95% du temps (ADEME) et pour des vitesses comprises entre 14 et 90 km/h. En moyenne les sites français permettent aux éoliennes de produire à leur puissance nominale l’équivalent de 2 200 heures / an, ce qui équivaut à un facteur de charge de 25 %. Les solutions de stockages  (via l’hydrogène ou STEP par exemple) permettent également de réguler cette variabilité. Il est évident que seul, l’éolien ne substituera pas aux énergies conventionnelles (charbon & nucléaire), mais couplé aux autres sources d’énergies renouvelables, l’éolien prend tout son sens. C’est uniquement dans ce contexte, que nous pouvons imaginer aboutir à un mix énergétique 100% renouvelable.

L’énergie éolienne est variable,
elle n’est pas intermittente.

Les éoliennes sur le territoire français tournent et
produisent de l’électricité 95% du temps.
(Source : ADEME)

L’énergie éolienne est prévisible.

Les technologies, notamment météo, permettent
de prévoir la production éolienne 3 jours à l’avance.

Une technologie de plus en plus efficiente.

L’évolution des technologies permet de produire
de l’énergie éolienne avec des vents de plus en plus faibles.

Plus de Désintox

Partagez
Tweetez
Partagez