Nomination de François de Rugy – Ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire

4 septembre 2018

France Énergie Éolienne se tient prête à travailler conjointement avec le nouveau ministre pour relever rapidement et efficacement les défis de la transition énergétique.

La filière éolienne salue la nomination de François de Rugy à la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire. Elle intervient dans un contexte d’urgence environnementale, qu’il devient impératif de prendre en compte pour accélérer la transition énergétique à l’œuvre. Si les chantiers initiés par le gouvernement vont dans le bon sens, nombreux sont ceux qui restent à achever : objectifs ambitieux pour l’éolien terrestre et offshore à formaliser dans la PPE, soutien politique à l’éolien à réaffirmer, déblocage et accélération des procédures d’autorisations des projets éoliens, lancement d’appels d’offres pour des fermes commerciales offshore posé et flottant.

Des dossiers en attente et des échéances incontournables

Sûre, inépuisable, compétitive et implantée au cœur des territoires, l’énergie éolienne est essentielle à la transition énergétique du pays. La filière française, qui contribue déjà à plus de 5% des besoins français en électricité, est prête et structurée pour relever des objectifs ambitieux. Les arbitrages attendus dans les prochains mois sur la PPE doivent ainsi être à la hauteur de cette ambition. FEE recommande un objectif de 45% d’énergies renouvelables en France à horizon 2030 dont 23% d’énergie éolienne (37 GW d’éolien terrestre et 12 GW d’éolien en mer en 2028). La filière espère que cette recommandation sera entendue pour l’avenir énergétique du pays.

Le développement des projets éoliens sur le territoire subit depuis maintenant 9 mois une situation de blocage inédite, qui retarde les objectifs de transition énergétique de notre pays. France Energie Eolienne demande que l’autorité environnementale, qui fait défaut depuis décembre 2017, soit désignée dans les plus brefs délais pour débloquer les 170 projets éoliens représentant plus de 3 GW actuellement à l’arrêt. Elle demande également à ce que le traitement des dossiers en suspens soit accéléré.

Autre chantier majeur, le Groupe de Travail National Eolien, porté en janvier dernier par le secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu, avait permis d’engager des réformes indispensables à l’accélération de la transition énergétique : l’accélération des temps de développement des parcs éoliens et la juste répartition de l’IFER. Les effets de ces engagements, qui attendent d’être formalisés par décrets ou présentés en loi de finances, sont désormais indispensables pour accompagner les objectifs que la France doit se fixer en matière de développement des énergies renouvelables.

« La filière éolienne a besoin de visibilité et stabilité pour assurer les objectifs énergétiques de la France et continuer à se développer. Ayons également des objectifs ambitieux en termes d’activité économique, de créations d’emplois et d’innovations ! Nous nous tenons à la disposition de François de Rugy pour démontrer au gouvernement la capacité de la filière éolienne française à mener la transition énergétique que la France souhaite exemplaire

Olivier Perot, Président de France Énergie Éolienne