Eolien en mer

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

ÉOLIEN EN MER : une nouvelle frontière

FEE-eolien en mer

Alors que la filière est en plein essor, la France affiche un retard vis-à-vis de ses voisins européens. Le Grenelle de la mer s’était fixé pour objectif  15 GW d’éolien en mer posé  à l’horizon 2030. Mais de nombreux professionnels de l’éolien tablent au mieux sur 2 GW installés à cette date.

POSITIONNER LA FRANCE DANS UN MARCHÉ DE l’ éolien en mer EUROPÉEN EN PLEINE CROISSANCE

L'éolien en mer en France et en EuropeInvestir dans l’éolien en mer est indispensable sur le court terme pour conquérir des parts de marché avant que celui-ci ne se consolide. Pour devenir un des grands acteurs de l’éolien en mer en Europe, la France doit se fixer des objectifs ambitieux en matière de volume et de rythme d’installation.

France Energie Eolienne estime qu’il est plus raisonnable de travailler à l’horizon 2030 -plutôt que 2020- et propose de se fixer comme objectifs  12-15 GW d’ éolien en mer posé et 6 GW d’éolien flottant.

Pour comparaison : l’objectif du gouvernement britannique pour l’éolien en mer sur cette période est deux fois plus fort avec une ambition affiché de 33 GW. L’ Allemagne table, elle, sur 25 GW… L’équipement des côtes françaises en éolien marin vise bien évidemment à concrétiser les objectifs nationaux en matière de mix énergétique. Mais l’enjeu industriel est aussi crucial. La mise en place d’une filière nationale autorisera la conquête de marchés à l’international.

Avec 3 500 km de côtes, la France métropolitaine bénéficie de conditions géographiques très favorables au développement de l’éolien en mer. C’est le 2ème gisement éolien d’Europe, derrière la Grande-Bretagne et devant l’Allemagne. La France a des atouts cohérents:

 ✔ elle a déjà constitué un réseau dense de sous-traitants pour l’éolien terrestre et a initié ce recensement pour l’éolien en mer

 ✔ elle dispose d’infrastructures portuaires nombreuses et favorables

 ✔ elle présente un tissu d’industriel dans des secteurs clés tels que la métallurgie, l’aéronautique 
et les chantiers navals

 ✔ elle fait état d’une expérience et d’un savoir faire maritimes qui ne sont plus à démontrer.

UN POTENTIEL À EXPLOITER

Le potentiel technique théorique estimé en France pour l’éolien en mer est de :

  • 80 GW répartis sur une superficie de 10 000 km2 pour l’éolien posé
  • 140 GW répartis sur une superficie de 25 000 km2 pour l’éolien flottant, moins dépendant de la bathymétrie, de la distance à la côte ou des usages.

 

Carte FEE offshore 2030 Pour définir les zones favorables d’implantation des éoliennes en mer, il faut tenir compte des servitudes de navigation, de la Défense Nationale, des sémaphores. FEE estime que pour des raisons d’acceptabilité les éoliennes devront être plantées au-delà de dix kilomètres de la côte. D’évidentes contraintes géophysiques entrent aussi en jeu : les éoliennes ne peuvent pas être posées n’importe où le long des côtes. Par ailleurs, au-delà de 50 mètres de profondeur les coûts de pose des fondations des éoliennes deviennent excessifs.

 

La nécessaire accélération du développement de l’éolien en mer

Dans un secteur en plein envol, la France suit un rythme de développement de l’éolien en mer plus lent comparé à ses voisins européens, avec seulement 3 GW attribués. France Énergie Éolienne, qui représente 2 des 3 consortiums actuellement concernés par l’éolien en mer, est au centre du débat et souhaite faire de la France un des grands acteurs de l’éolien maritime, outil énergétique majeur dans la lutte contre le changement climatique. Pour ce faire, il est nécessaire que des objectifs plus ambitieux soient fixés en France : l’objectif actuel est de 6 GW à horizon 2020, alors que le Royaume-Uni et l’Allemagne entendent produire respectivement 40 GW et 15 GW à l’horizon 2030. France Énergie Éolienne estime d’ailleurs que la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE – 2016-2023) devra être l’occasion d’établir un calendrier industriel ambitieux en matière de lancement et d’attribution d’appels d’offres jusqu’à l’horizon 2030. Radars militaires : un point d’accord à trouver

Un autre sujet prioritaire reste à l’ordre du jour pour la filière cette année : la limitation des projets de parcs éoliens en raison des contraintes renforcées dans les zones d’entraînement de l’armée et des radars militaires. FEE s’engage donc dans des discussions avec les pouvoirs publics pour atteindre un point d’accord et trouver une position équilibrée avec l’ensemble des parties prenantes sur ce dossier.

Sur ce sujet, et plusieurs autres sujets clé, France Énergie Éolienne fait 10 propositions pour activer et développer la filière française de l’éolien en mer.

Les 10 propositions de FEE pour le développement de l’éolien en mer

✔ Proposition n° 1
Pérenniser les emplois et la filière en fixant des objectifs ambitieux mais réalistes pour l’installation d’éoliennes en mer posées et flottantes et en assurant un rythme d’installation continu afin de donner une visibilité suffisante aux investisseurs et de baisser les coûts : 15 GW d’éolien en mer posé et 6 GW d’éolien flottant à l’horizon 2030.

✔ Proposition n° 2
Réaliser, en lien avec les Régions, une planification de l’espace maritime pour l’éolien en mer, telle que proposée en mars 2013 dans le projet de Directive européenne, sur l’ensemble des façades afin de mettre en perspective le potentiel français et de partager une même vision entre l’Etat et les industriels.

✔ Proposition n° 3
Anticiper les études pour les ouvrages de raccordement et les mettre en phase avec les projets éoliens. Mieux répartir entre gestionnaire de réseau et porteur de projet les risques et les coûts associés à cet aspect.

✔ Proposition n° 4
Simplifier le régime des autorisations des projets éoliens en mer afin de raccourcir les délais des projets tout en présentant les mêmes garanties pour l’autorité publique et pour les citoyens.

✔ Proposition n° 5
Encadrer les contentieux relatifs aux projets éoliens en mer pour éviter les recours abusifs et réduire la durée des procédures.

✔ Proposition n° 6
Faire évoluer le dispositif d’appel d’offres dans l’éolien en mer pour favoriser la compétitivité de la filière et lancer ce nouveau dispositif dès 2014.

 ✔ Proposition n° 7
Mettre en place un cadre incitatif pour l’ éolien en mer flottant avec pour objectif la mise en service de fermes pilotes dès 2017 et de fermes commerciales dès 2022.
Pour ce faire, lancer rapidement un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) associé à un tarif spécifique pour permettre l’implantation de fermes pilotes dès 2017 afin de valider les technologies françaises.

✔ Proposition n° 8
Mettre rapidement à disposition des industriels et des porteurs de projets un site démonstrateur et le mécanisme de soutien associé.

✔ Proposition n° 9
Accompagner et inciter les régions dans le soutien à la dynamique industrielle et dans le développement et la structuration des filières de formation et de R&D associées.

✔ Proposition n° 10
Intégrer les objectifs de FEE dans la Programmation pluriannuelle des investissements (PPI) et le plan national d’action en faveur des énergies renouvelables.

Désignation des lauréats de l’appel d’offres éolien terrestre dans les départements d’Outre-Mer et en Corse
22 février 2012

Le Gouvernement vient d’annoncer les résultats de l’appel d’offre, publié en novembre 2010, et portant sur 95 MW de projets éoliens terrestres en Corse, en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à La Réunion et dans les collectivités de Saint-Barthélemy et…
En savoir +