Inauguration de la première éolienne en mer française à Saint-Nazaire : une réussite pour la filière

14 octobre 2017
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Ce vendredi 13 octobre, la première éolienne en mer française a été inaugurée dans le port de Saint-Nazaire. Ce projet relève un défi technologique majeur : l’éolienne est équipée d’une fondation flottante. France Energie Eolienne salue cette avancée significative pour la filière et appelle à poursuivre les efforts sur l’éolien en mer.

La première éolienne en mer française qui sera installée au large des côtes françaises (site d’essai SEM-REV, opéré par l’Ecole Centrale de Nantes-Le Croisic) sera une éolienne flottante. Le consortium* du projet FLOATGEN a inauguré un système d’éolienne flottante basé sur la technologie « damping pool » brevetée d’Ideol (fondation de type « barge », construite par Bouygues TP).

Le projet Floatgen poursuit trois objectifs principaux :

    • démontrer la faisabilité technique, économique et environnementale d’un système éolien flottant européen en eaux profondes ;
    • démontrer l’immense potentiel de l’éolien en mer flottant à échelle commerciale pour produire de l’électricité d’origine renouvelable, notamment dans les eaux européennes ;
    • évaluer le coût du mégawattheure (MW) à l’horizon 2030.France Energie Eolienne adresse toutes ses félicitations aux partenaires du projet.

« Il s’agit de la réussite d’un consortium européen, sur la base d’une technologie de fondation française. C’est également le succès de toute la filière éolienne en mer : c’est un excellent signal pour l’industrie qui offre de belles perspectives pour l’avenir de l’éolien flottant en France » précise Olivier Perot, président de FEE.

FEE rappelle que quatre projets de fermes pilotes éoliennes flottantes ont été désignés lauréats par le Gouvernement en 2016, en Méditerranée et en Bretagne, pour une mise en service d’ici 2020-2021. La filière œuvre actuellement à la préparation du déploiement commercial de l’éolien flottant en participant aux concertations visant à identifier des zones propices pour de futurs projets commerciaux (plusieurs centaines de MW).
« Une visibilité sur les futurs volumes dédiés aux fermes commerciales pour l’éolien en mer, posé et flottant, sera indispensable pour pérenniser la filière française, notamment dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) en cours de révision, et afin de poursuivre la création d’emplois verts » poursuit Olivier Perot.

La profession appelle de ses vœux un lancement du premier appel d’offres commercial flottant à hauteur de 2 GW en 2018, dans l’objectif de poursuivre la structuration de la filière et de conserver le leadership mondial de la France pour cette technologie.

* Le consortium européen de partenaires du projet est constitué d’Ideol, de l’Ecole Centrale de Nantes, de Bouygues Travaux Publics, de l’Université de Stuttgart, de RSK Group, de Zabala et du Fraunhofer-IWES. Toutes les informations sur : http://floatgen.eu/fr

FEE_CP_Inauguration_Floatgen_13-10-2017